L'optimisme, une valeur sûre

On ne répètera jamais assez l'importance de prendre la vie du bon côté pour tenir à distance les atteintes de l'âge.

 

Qu'est-ce que l'optimisme ?

 

Etre optimiste, c'est être confiant dans l'avenir, c'est avoir une vision positive de son futur, c'est penser que nous sommes les responsables de ce qui marche bien pour nous et qu'au contraire, ce qui ne va pas n'est pas de notre fait, mais provient d'éléments extérieurs contingents et qui ne dureront pas. Et même dans les plus mauvais jours, l'optimiste reste persuadé que les lendemains seront toujours meilleurs et que tout va finir par s'arranger.

 

Quels sont les effets de l'optimisme sur la santé ?

 

Ils sont nombreux. A commencer par la longévité qui s'en trouve augmentée. Par exemple, les personnes qui ont une perception positive de leur propre avancée en âge vivent plus longtemps que celles qui en ont une vision négative. Face à des situations pathologiques graves, les optimistes gardent un bien-être subjectif meilleur. Ils ressentent moins de souffrance morale dans des périodes difficiles telles celles qui suivent une chirurgie lourde. De manière plus générale ils ont moins de dépression et moins d'idées noires comme les idées suicidaires. Confrontés au cancer, ils gardent un meilleur moral et font preuve d'une meilleure résistance aux conséquences de la maladie. Dans le domaine cardiovasculaire,  ses effets sont spectaculaires, l'optimisme est associé à une plus faible incidence des maladies coronariennes, à une mortalité moindre et à des meilleurs résultats des traitements. L'optimisme est lié à une moindre sensibilité à la douleur en général et à une meilleure adaptation à la douleur chronique. On pourrait encore allonger la listes de ses bienfaits à d'autres états de santé.

 

Comment expliquer les bienfaits de l'optimisme ?

 

Plusieurs types d'explications ont été avancés portant sur : 

 

 . des aspects comportementaux, tels un engagement supérieur dans les relations sociales et des conduites plus attentives à sa propre santé.

 

. des aspects psychologiques, tels qu'une meilleure capacité à faire face à la maladie et une meilleure résilience (capacité à rebondir après une situation difficile).

 

. des aspects physiologiques, tels que des influences directes sur les systèmes immunitaires et endocriniens.

 

Source : Dr Daniel Pinchenzon - Le Chêne Vert,  le magazine du Retraité Actif.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0